Trujillo et la côte Nord

« Taxi, taxi ? Centro ? Chiclayo ? Lima ? Huaraz ? Taxi, taxi ? ».

Piura

Arrivés très frais à Piura, avec notre premier bus de nuit depuis l’Equateur, vers 7h30, nous avons juste le temps de poser un pied dehors (même pas les deux !) que ça commence déjà : « taxi, taxi ? Centro ? Chiclayo ? Lima ? Huaraz ? taxi, taxi ? »… Amène-nous directement à Cusco, vu que t’y es ! Bref, pas la meilleure manière de débuter notre expérience péruvienne, mais restons zen.

Nous nous rendons donc à pied au centre (à 200m) de la ville de Piura, qui ne présente aucun intérêt selon nous, pour enchaîner directement avec un autre trajet de 3h (qu’est-ce qu’on aime le bus dis-donc !) en direction de Chiclayo, situé sur la côte, plus au sud. En sortant de Piura, on se serait cru en Inde avec du sable et des déchets au bord des routes, ainsi que plein de tuk-tuk (moto-taxis). Entre les deux villes c’est juste le désert, ça change de la verdoyante nature équatorienne!

Chiclayo

Une fois nos sacs déposés dans un hostal, nous nous promenons un peu en ville, qui nous paraît déjà un peu plus « jolie », avec les quelques bâtiments coloniaux du centre. Notre séjour se résumera néanmoins principalement au repos (in love with le lit) et à la dégustation d’un excellent cebiche mixto (comme le ceViche mais là on l’écrit avec B) avec de tout aussi bons chicharrònes mixtos (friture de poisson et fruits de mer), le tout arrosé d’une bonne bière bien fraîche. Ben oui, faut reprendre des forces après toutes ces heures de bus !

CeBiche, miam !
CeBiche, miam !

Trujillo

Une rue piétonne !
Une rue piétonne !

Le jour suivant, après un autre trajet en bus de trois heures le long de la côte désertique, nous nous installons pendant quelques jours dans cette charmante ville coloniale (qui a même une rue piétonne !). Après avoir flâné sur la plaza de Armas (la fameuse place carrée qu’il y a dans toutes les villes) et dans les rues aux alentours, nous découvrons une belle cour intérieure pour nous attarder autour de notre premier Pisco Sour (suivi d’un Maracuja Sour). Trop bons ! C’est tout joyeux et pompettes (il nous en faut peu désormais) qu’on retrouve notre Hostal.

La cour intérieure qui en jette
La cour intérieure qui en jette
Architecte contemplant son patio
Architecte contemplant son patio

Huaca de la Luna et Huaca del Sol

Tas de sable (Huaca del Sol)
Tas de sable (Huaca del Sol)

Facilement visitable depuis Trujillo, ce complexe découvert en 1991 seulement, abrite les ruines de la capitale du peuple Mochica (200 av. J.C. à 850), ainsi qu’un superbe musée adjacent qui expose des splendides poteries en forme de canard ! retrouvées sur le site (on n’est pas très « musée », mais celui-ci fait clairement exception).

Tas de sable 2 (Huaca de la Luna) et montagne
Tas de sable 2 (Huaca de la Luna) et montagne

Ayant été érigées en briques d’adobe, le temps et la pluie ont bien dégradé les temples (ça ressemble à un tas de briques recouvert de sable). Du coup, uniquement la Huaca de la Luna, le plus petit des deux, peut être visité, accompagné d’un guide inclus dans le prix de l’entrée. Ce temple se compose de différents niveaux, édifiés chacun par une autre génération en remplissant le précédent avec des briques et en construisant le nouveau, plus grand, en dessus. Les archéologues ont découvert, et découvrent chaque année, de très belles frises polychromes ainsi que des représentations diverses et des poteries exposées ensuite dans le musée.

Bas relief coloré avec dieu pas content
Bas relief coloré avec dieu pas content

Nous avons également vu des chiens péruviens sans poils berk (biringos), plus connus pour leur température corporelle très élevée (env. 40°C) que par leur beauté (pas pris en photo par respect pour l’appareil).

Chan Chan

Nouvelle journée, nouvelle visite. Cette fois-ci, la plus vaste cité en adobe de la planète, construite par le peuple Chimú (entre les Mochica et les Incas), nommée Chan Chan.

Statue qui fout un peu les boules
Statue qui fout un peu les boules

Nous avons fait, sans guide, la visite du palais Tschudi, la seule partie restaurée de ce complexe gigantesque qui est pour le reste malheureusement fortement dégradé (saleté de biques d’adobe). Cette construction est différente par rapport aux temples Mochica, les bas-reliefs colorés faisant place à des reliefs géométriques et à un bestiaire retraçant la culture Chimú.

Murs en losanges
Murs en losanges

Huanchaco

Suite à la visite de Chan-Chan, nous prenons la direction de la plage et l’océan pour un après-midi farniente avant le prochain bus de nuit. Huanchaco est une petite station balnéaire prisée des surfeurs (au vu des vagues, on comprend bien). Si la plage de sable gris, n’est pas vraiment paradisiaque, nous profitons tout de même tremper les pieds et observer les surfeurs débutants se casser la figure.

Plage de rêve (ou pas)
Plage de rêve (ou pas)

Le soir même, nous prenons avec joie et bonheur notre deuxième bus de nuit qui nous amène à notre prochaine étape, Huaraz et le cordillères.

< article précédent          article suivant >

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :