Tahiti

« On vient habiter ici ? »

Nous arrivons à Tahiti, île principale de la Polynésie française, à 1h du matin après un vol de 5h30. Comme nous avons réservé un hébergement pour la nuit même, nous sommes obligés de prendre un taxi pour nous y amener. Sur ce trajet nous pouvons dire deux choses : la première étant que l’arrivée de nuit à Papeete ressemble à s’y méprendre à l’arrivée nocturne dans une ville maritime française, la seconde, ce sera bien la seule ressemblance avec ce pays ! Ah oui et nous pouvons dire aussi que la vie risque d’être chère, vu le prix de la course : Fr. 30.- pour 10 min!

Nous arrivons enfin dans notre pension endormie et nous écroulons sur notre lit, non sans avoir allumé la clim (10 minutes) et s’être copieusement sprayé d’anti-moustique… Oui, le climat est légèrement plus tropical !

Le lendemain, nous nous réveillons tôt vive le décalage horaire ce qui n’est pas grave vu que le soleil lui-aussi se lève tôt pas comme le soleil de l’île de Pâques qui fait la grasse matinée jusqu’à 8h30, ce fainéant ! Nous sortons et découvrons les parties communes, une grande cuisine en plein air avec piscine et jardin, génial ! Après avoir fait chauffer de l’eau, nous faisons connaissance avec Tiaré, la femme de ménage, Sakronne, la parisienne qui veut vivre ici et Damien le français qui veut aussi vivre ici. Bon, on les comprend, la France finalement c’est surfait… Arrive Luc, le propriétaire qui nous donne tous les renseignements dont nous avons besoin. Nous filons donc en ville, pour aller à l’office de Air Tahiti et essayer de réserver un pass inter-îles, le moyen le plus économique de visiter d’autres îles. Une fois sur place, nous nous contentons de choisir des îles de l’archipel de la Société, nous ne sommes là que 16 jours et le pass est moins cher. En effet, la Polynésie c’est aussi étendu que l’Europe ! Au menu pour nous : les îles de Moorea, Raiatea et Huahine. Pour l’anecdote, jamais on n’aurais pensé dans notre vie répondre « non, merci » lorsqu’on nous aura demandé « Vous voulez aller à Bora-Bora ? ».

3306-004-15ad575e

Une fois nos billets en poche, nous parcourons le marché couvert à la quête de quoi nous sustenter les prochains jours. À part le thon, les prix sont affolants ! La sueur coule sur nos fronts et ce n’est pas seulement la chaleur, comment allons-nous réussir à tenir notre budget ?

Une fois de retour à la pension, nous décidons de nous reposer au bord de la piscine. L’après-midi se passera sous le signe du repos avec flâneries sur le bord de mer, happy hour pour goûter la bière locale, la Hinano. Le soir tombé, nous prenons la direction des roulottes (food trucks) sur le quai, qui proposent à manger pour pas trop cher. Nous nous décidons rapidement à goûter une spécialité polynésienne : le poisson cru au lait de coco. Deux bonnes nouvelles, le poisson cru est vraiment délicieux et une portion est suffisante pour nourrir deux estomacs !

pb_tahiti-1
Les fameuses roulottes

Le lendemain, nous décidons de partir à la découverte de l’intérieur de l’île en allant visiter la vallée de la Fautaua et sa fameuse cascade. Nous prenons la direction de la vallée, en ayant au préalable demandé l’autorisation à la mairie (!), et faisons de l’auto-stop, il paraît que ça fonctionne bien. Les premières minutes sont décourageantes mais lorsqu’un couple de polynésien s’arrête, nous allons de surprises en surprises ! Dans l’ordre, ils nous auront proposé : D’aller sur les îles en bateau avec le mari qui travaille sur un ferry, de loger chez eux, de nous donner un morceau de pain (une baguette). Une fois à destination, il nous ont donné leur numéro de portable en nous priant de les appeler si on était fatigués pour qu’ils nous ramènent à notre pension. C’était tellement surréaliste ! On nous avait prévenu de l’hospitalité des polynésiens, mais nous ne nous attendions clairement pas à autant !

pb_tahiti-3
On va aller se baigner là-haut

La marche jusqu’à la cascade nous éprouve un peu par la chaleur et les moustiques, mais l’effort en valait la chandelle. Au sommet de la cascade, des vasques d’eau fraîche se déversent, au milieu de la jungle tropicale. Nous sommes presque seuls et l’endroit nous ravit ! On peut même faire du toboggan entre les vasques !

pb_tahiti-2
Au bout, la chute…
pb_tahiti-4
Douche féérique

Une fois de retour à l’entrée de la vallée nous tombons sur un bus (denrée rare et très aléatoire) qui nous ramène en ville. Après cette journée bien remplie, nous décidons de passer une soirée tranquille. Bon, tranquille pas vraiment, car Luc notre hôte arrive avec une bouteille de rhum… Trois petits punch après nous étions cuits et nous nous effondrions dans notre lit.

Le lendemain, nous partons faire le tour de l’île en voiture. Il y a plusieurs choses à voir, nos partons donc de bonne heure. Nous commençons par un point de vue sur Papeete et le lagon adjacent. En hauteur nous prenons la mesure du bleu turquoise des eaux ceignant les îles. Rappelons qu’à cette heure nous n’avons toujours pas mis un orteil dans l’eau…

pb_tahiti-5
Papeete et l’océan
pb_tahiti-9
Joli aussi en noir

Puis, des plages de sable noir autour de la pointe Vénus. Eh oui à Tahiti la majorité du sable est volcanique ! Puis vient le trou qui fait du bruit, un tunnel de lave troué vers le haut d’où s’échappe un souffle aussi puissant que bruyant à cause du mouvement de la houle à l’entrée. Décoiffant ! Puis nous passons sur la presqu’île de Tahiti Iti et montons au point de vue donnant sur Tahiti Nui (nui signifiant grand et iti petit). Là, des pâturages avec des vaches nous rappellent nos vertes prairies hélvètes…

pb_tahiti-6
Heimat

Puis nous redescendons en nous trompant de route bien évidemment pour s’offrir une pause dîner au bord de l’eau . Au menu, crevettes du lagon aux 5 épices. Pas donné mais excellent ! Nous retournons sur Tahiti Nui pour continuer de l’autre côté. A voir, cascades, fleurs et chaleur étouffante. Mais également des plages, de sable blanc cette-fois !

pb_tahiti-8
Vert tropical
pb_tahiti-7
Bleu tropical

Et notre première baignade dans les eaux turquoise et chaudes ! Ajoutez à ceci l’autoradio branché sur Tahiti FM, passant des air de ukulélé… Le dépaysement est complet ! Ce qui nous a quand même frappé est l’urbanisation de tout le pourtour de l’île, espérons que cela ne devienne pas comme ça sur les autres îles ! Avant de retourner à la pension, nous passons au Carrefour faire quelques courses. Mettons de côté le fait que tous ces produits français nous on mis l’eau à la bouche et que d’habitude on les trouve tellement pas cher pour relever que nous n’avons fait qu’acheter un masque et tuba et du brie, du pain, du pâté et des chips.

pb_tahiti-11
Vahiné

Le soir nous allons voir un spectacle de danse traditionnelle avec Jennifer, une nouvelle arrivée à la pension, et Damien, très chouette ! Nous passons encore aux roulottes avant de rentrer dormir car le lendemain nous devons nous lever tôt pour prendre notre vol vers Moorea !

pb_tahiti-12

< article précédent          article suivant >

One Comment

Add yours →

  1. Ouahou!!! Que de bleu…de bleu de bleu,comme dirait un bon fribourgeois! Un beau rêve pour moi,merci de partager tout cela avec nous tous, qui vous suivons dans cette belle aventure… Je vous embrasse bien fort, Maman evelyne

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :