Yangon

« You can make a small donation »

Le trajet de Mawlamyne jusqu’à Yangon est assez reposant au début, des mantras accompagnent les images des lieux touristiques diffusées en boucle sur l’écran du bus kitch qui roule doucement sur une route baignée dans la lumière du soleil levant. Comme tout change trop très rapidement en voyage, le programme suivant est une espèce de série birmane affreusement mal jouée… Le trajet devient carrément insupportable ensuite, avec les clips des chanteurs locaux qui décrochent tous la palme de celui qui chante le plus faux. Et Claudio qui commence à avoir de la fièvre…

C’est donc tout fringant que nous débarquons, huit heures plus tard, à la gare routière, qui se situe à une heure de taxi du centre-ville, sinon c’est pas drôle.

Évidemment, les rabatteurs nous sautent dessus à l’arrivée, on est en Asie, évidemment ils demandent le double de ce qu’on a prévu de payer et évidemment il y a un petit malin qui croit que nous avons négocié le prix pour un taxi collectif. Alors évidemment on a été très patients, et évidemment on a toujours souri mais évidemment on a ressorti nos sacs du taxi collectif pour les mettre dans un taxi privé.

Aparté : le prochain qui nous dit que le voyage c’est des vacances, on le noie!

Une fois dans notre guesthouse un peu excentrée, il est l’heure du dafalgan pour Claudio et de la bière pour Melanie.

Le lendemain matin, nous décidons de nous balader tranquillement en ville histoire de voir les gens et quelques temples. Nous prenons la Circle Line, sorte de train bringuebalant qui fait le tour de la ville. D’une lenteur remarquable et d’un prix hyper concurrentiel, il nous plonge dans l’atmosphère birmane, entre les crachoirs et les corbeilles de légumes, les uniformes scolaires et les lungis traditionnels.

pb_yangon-4
Notre arrêt de Circle Line
pb_yangon-13
Le joli quartier à traverser avant la gare…

Arrivés à la gare centrale, la chaleur nous assaille et ne nous quittera pas de la journée. La marche convient bien à la visite, entrecoupée de pauses-café. Les trottoirs sont défoncés à souhait et il vaut mieux regarder où poser les pieds. Le touriste est encore une denrée exotique et les regards sons souvent tournés vers nous, mais les birmans sourient et nous sommes surpris en bien de la grande Yangon.

pb_yangon-1
Bus vintage

L’entrée dans les principaux temples est bien entendue payante pour les visiteurs étrangers et assez chère ! Nous faisons d’ailleurs l’impasse sur ceux que nous avons jugés trop onéreux. Il faut aussi dire que l’abondance d’or dans ces temples nous met mal à l’aise quand on voit que la population est souvent très pauvre. Mais ce qui nous a le plus mis mal à l’aise (pour ainsi dire) aura été un moine reconverti dans l’humanitaire qui, sous prétexte de nous montrer quelques photos d’enfants recevant à manger, nous demandera un « petit » don de 50$, que nous avons bien sur payé sans hésitation.

pb_yangon-8
Temple moderne et ancien
pb_yangon-6
Flèches d’or
pb_yangon-12
Même un bureau climatisé pour accueillir nos dollars…

Lassés des temples, nous décidons de nous rentre sur la jetée au bord de la mer. C’était sans compter la fête d’une certaine déesse et la foule en liesse dansant et chantant au son cacophonique des musiciens. Nous nous fondons dans la foule mais faisons vite car nos tympans nous supplient de fuir très loin. Nous finissons par boire un jus de canne à sucre à l’écart de la foule…

pb_yangon-5
Un peu de calme…
pb_yangon-2
Colonialisme délabré
pb_yangon-3
Nous on aime bien…

En reprenant notre route, nous entrons dans un joli bâtiment colonial un peu moins délaissé que les autres et tombons sur une petite exposition de photographies historiques, une pause culturelle à l’ombre qui nous a fait un grand bien ! La Yangon d’autrefois devait être splendide, mais la guerre a laissé la ville stigmatisée et nombre de beaux édifices sont presque en ruine.

pb_yangon-7
Jolie lumière sur joli bâtiment
pb_yangon-9
Town center
pb_yangon-10
Endroits cachés

La fin de la journée approche, nous retournons dans notre quartier et tout a changé: les échoppes de rues sont montées et les odeurs de nourriture emplissent nos narines! Nous nous régalons de ces étals en arrosant le tout de bière bien fraîche à la pression (oui, Claudio allait mieux) avant de rentrer nous coucher.

Paya Schwedagon

Le temple le plus grand et le plus doré de toute la Birmanie en impose, sur sa colline ! Nous prenons une des quatre entrées et montons, en escalator svp, jusqu’au pied du stupa d’or géant. Loin d’être un lieu calme, l’endroit grouille de birmans venant se recueillir. Un musée présente des photographies des détails du stupa, qui est recouverte de pas moins de 60 tonnes d’or ! Au sommet ce sont pas moins de 1065 clochettes d’or, 465 clochettes d’argent et encore plus de bijoux ornés de pierres précieuses…

pb_yangon-14
Entrée ouest
pb_yangon-15
Ambiance…
pb_yangon-16
Mais c’est de l’ooooooor!
pb_yangon-17
Beaucoup d’or!

Bouddha assis

Nous poursuivons notre chemin, en grimpant sur une autre colline en direction du temple Nga-htat-gyi abritant un grand Bouddha assis. Nous faisons comme lui et nous posons devant, histoire de récupérer un poil, la fraicheur du temple nous faisant le plus grand bien.

pb_yangon-18
On s’assied et on médite.

Bouddha couché 

Pas beaucoup plus loin, une immense halle, le Chaukhtatgyi Temple, abrite un gigantesque Bouddha couché (70 m tout de même !). Lorsque nous arrivons, nous sommes fascinés par le regard de la statue, qui paraît complètement vivante. Les cils sur les paupières et l’œil très brillant y sont pour quelque chose et on pouvait croire que notre Bouddha couché allait tourner la tête d’un moment à l’autre, sans que cela nous aurait étonné…

pb_yangon-19
Salut toi!
pb_yangon-20
Mais c’est une Bouddhalle!

Assis tranquillement sur un muret à se reposer encore de la chaleur, nous assistons à la scène la plus surréaliste de la journée. Une femme nous aperçoit, attrape son enfant par le bras, le tire vers nous et le pose sur les genoux de Melanie. Puis elle prend une photo, reprend l’enfant et part. Le tout sans un mot prononcé… Nous sommes morts de rire et regrettons de ne pas avoir une copie du cliché.

Le temps de regagner l’hôtel et de manger une morce dans la rue, nous voilà déjà repartis en direction de la gare routière pour le trajet nocturne en direction de la plaine de Bagan, lieu qui nous tarde de découvrir !

< article précédent         article suivant >

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :