Bilan Myanmar

« C’est pas comme si on en avait Myanmar… »

Après deux semaines exactement passées en Birmanie, on est très loin d’avoir pu en faire le tour ! Le pays est grand et les transports sont lents. Pourquoi si peu de temps ? Nous avions rendez-vous au Vietnam pour retrouver la famille mais avons toutefois tenu à visiter un peu ce pays qui nous faisait rêver depuis déjà plusieurs années.

Nos article à (re)lire

Itinéraire

Nous avons traversé la frontière depuis la Thaïlande pour arriver à Myawaddy, puis nous avons visité Mawlamyne, de l’état Môn avant de remonter à Yangon, Bagan et Hsipaw et revenir à Mandalay pour reprendre un avion direction le Vietnam.

pb_myanmar_itineraire

Nature 4/5

Collines verdoyantes, plaine de Bagan sèche, sablonneuse mais pourtant encore verte, montagnes du nord recouvertes de jungle et de fleurs, ce que nous avons aperçu de la Birmanie est une nature encore belle, façonnée par l’agriculture à la main et assez propre. Sauf dans les villes où les déchets se retrouvent entassés au coin des rues, on peut dire globalement que le plastique n’a pas encore tout envahi. Pourquoi le « encore » ? Pour l’instant, peu de marques internationales ont mis le pied en Birmanie et il nous a semblé que la prolifération des emballages et du plastique était encore limitée. Mais pour combien de temps ? Ici plus qu’ailleurs nous avons fait attention à notre consommation de plastique, car bien sûr les déchets sont généralement brûlés et non recyclés.

pb_bilan_myanmar-7

Nourriture 3.5/5

Là, deux visions s’opposent : si pour Mélanie la nourriture était globalement très bonne, pour Claudio ça coince un peu… La raison principale ? Le mode de préparation des currys, qui fait qu’une couche d’huile protectrice des insectes recouvre chaque plat en sauce. Ce qui donne au final des plats très gras. Mais le gras c’est la vie non ? Sérieusement, on aime ou pas… Globalement les saveurs sont complexes, la variété des plats est très grande, beaucoup de légumes, de viandes, des spécialités comme la salade de feuilles de thé ou la moutarde (feuille) fermentée, que Claudio déteste. Cuisine à découvrir, dans toute sa complexité et dans sa diversité incroyable. Les saveurs de l’Etat Shan auront su nous convaincre à l’unanimité (malgré du riz matin, midi et soir).

pb_bilan_myanmar-3

Logement 4.5/5

Alors là on ne s’y attendait pas ! On nous promettait des chambres miteuses, chères à réserver à l’avance au risque de se retrouver sans logement… Rien du tout ! Pourtant on était en pleine saison ! Alors oui, des chambres un poil plus chères qu’ailleurs en Asie, mais salle de bain et eau chaude, savons, shampooings, linge et brosses à dents, eau potable en bouteilles et draps propres. Petit déjeuner copieux souvent inclus, franchement, rien à redire de ce côté là, surtout que nos hôtes ont tous été très sympathiques.

pb_bilan_myanmar-4

Transports 2/5

Alors pour aller d’un point A à un point B, pas de problèmes. Mais. Car il y a un mais. Il y a le train et le bus, aussi l’avion mais c’est cher. Le train, c’est pittoresque mais pour les longs trajets il faut oublier, les banquettes sont en bois et impossible de dormir. Nos amis belges Soetekin et Thomas ont testé, parmi les souris et les birmans, c’est très bien pour vivre une belle expérience mais fatigant.

Les bus vont partout mais pas tout le temps. Les distances sont grandes et les trajets mettent facilement 8 heures voir plus, voir moins. En fait on ne sait pas le temps que ça dure… Et les bus de nuit partent vers 20h, donc on se retrouve souvent vers 3-4h du matin en rade dans une gare routière ou au bord de la route, sympa. Sinon il faut voyager le jour, parfois pas le choix avec la conséquence de perdre la journée… Bon, on peut toujours regarder par la fenêtre.

On peut encore parler de l’achat des billets de bus, le niveau d’anglais est faible et il faut trouver un interprète qui va nous amener au bon guichet de la bonne compagnie, ce qui est facile mais prend un peu de temps. L’aide de la guesthouse est parfois bienvenue.

Nous voulions également prendre le bateau public, mais il ne partait que deux fois par semaine, donc voilà… On arrive à se déplacer sans soucis mais ça prend du temps donc mieux vaut en avoir.

pb_bilan_myanmar-1

Population 5/5

Alors là, gros coup de cœur ! Les birmans sont gentils, accueillants, souriants ! Du baume au cœur pour nous qui avons retrouvé un rapport touristes-locaux un peu plus équilibré et pas encore pourri par l’argent. On croise les doigts et on espère de tout cœur que cela va durer, que l’attitude des touristes et des birmans sera toujours empreinte de respect mutuel afin de préserver cet équilibre fragile.

pb_bilan_myanmar-2

Musique 2/5

On a du rire à plusieurs reprises. Les clips de musique birmane sont interprétés par quelques artistes. Le point commun ? Des mélodies affreuses et des chanteurs incapables de chanter juste. Le tout dans des clips à l’eau de rose… Du grand art on vous dit !

Sécurité 3/5

Dans les zones ouvertes au étrangers, vraiment aucun problème ! Les birmans n’auraient aucun intérêt à brigander un touriste, les sanctions seraient terribles. Il faut vraiment faire attention par contre à ne pas se retrouver dans des régions interdites sous risque de se faire expulser. Attention aussi à ne pas aller se promener seul dans des zones encore sensibles, tout change rapidement en Birmanie et une zone ouverte il y a une semaine peut se retrouver en guerre du jour au lendemain.

Chiens 3/5

Assez tranquilles en Birmanie, on ne sait par contre pas si ils finissent dans l’assiette… Par contre ils défendent les maisons dans les campagnes et n’hésiterons pas à vous aboyer si vous vous approchez trop.

pb_bilan_myanmar-5

Arnaques 1/5

Taxis remportent évidemment la palme, comme partout. On a tellement l’habitude qu’on ne le considère plus comme une arnaque… Sinon, rien à signaler, c’est très agréable !

Touristes 4/5

Les moments partagés avec Soetkin et Thomas, ainsi qu’avec Marcela et Jirka (les deux couples sont en tour du monde aussi) auront été caractérisés de beaucoup de bonne humeur ! Autrement, nous avons rencontré très peu de touristes (occidentaux en tous cas) dans le sud-est (Mawlamyne et Yangon) et ceux de Bagan n’étaient finalement pas innombrables non plus. Seul à Hsipaw on sentait une espèce de « machine » mise en place pour les treks par certaines guesthouses. Nous ne pouvons pas dire comment c’est au lac Inle par contre.

pb_bilan_myanmar-8

Budget 5/5

Nous aurons su exactement respecter les Fr. 21.-/j/p prévus pour ce Pays. La moyenne augmente à Fr. 25.-/j/p en diluant également le visa dans le budget. Finalement il n’y a que les visites qui sont assez onéreuses (Bagan ou le trek à Hsipaw par exemple), le logement, la nourriture et les transports étant disponibles à des tout petits prix.

Conclusion

On en redemande ! C’est clairement le pays le plus dépaysant d’Asie du sud-est et probablement aussi le plus authentique. Dommage que nous n’ayons pu y passer que deux semaines. Ça sera une bonne excuse pour revenir! Ce qui nous a le plus marqué sont les gens, à la fois curieux et tellement serviables, avec lesquels nous avons eu de beaux échanges malgré la barrière de la langue. Mais en même temps, un sourire vaut plus que des paroles, n’est-ce pas ?

< article précédent         article suivant >

0 Comments

Add yours →

One Pingback

  1. Ha Noi | paperbirds

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :