Cotopaxi

« Paxi pour les intimes »

C’est après 4h de route depuis Mindo, dont la dernière partie, une heure tout de même, se roule sur un chemin plus rugueux que Paris-Roubaix, que nous arrivons sous la pluie à l’hacienda Los Mortiños, situé à env. 3800m dans un cadre magnifique à 1km de l’entrée Nord du parc national Cotopaxi.

L'entrée nord avec des impacts de balles?
L’entrée nord avec des impacts de balles?

N’ayant évidemment pas de réservation préalable, c’est avec étonnement que nous avons été accueillis, l’établissement étant complètement vide, mis à part les lapins sauvages qui couraient aux alentours. Seules deux jeunes Canadiennes nous ont rejoints peu après. Nous découvrirons plus tard en discutant avec Pablo, le très sympathique propriétaire, que le tourisme dans la région a fortement baissé pour trois raisons ces derniers temps : la fermeture du refuge situé au pied du Cotopaxi et l’interdiction d’ascension du volcan suite à l’éruption de août 2015, le(s) tremblement(s) de terre de 2016 et la crise pétrolière dans le pays. Ces phénomènes ont engendré une certaine réticence auprès de visiteurs potentiels, même si la côte uniquement a été touchée par le tremblement de terre…

La terre s'arrête ici...
La terre s’arrête ici…

Le temps s’étant calmé, nous décidons de faire une promenade jusqu’à l’entrée du parc et là : spectacle tadààààà ! Le volcan Cotopaxi (5897m) a décidé de se montrer sous toute sa splendeur avec son dégradé de couleurs, à partir du vert des prairies à la base, en passant par les roches rouges et pour finir avec le blanc du glacier recouvrant la pointe, ce qui, avec le ciel bleu, compose un vrai tableau.

Le voilà!
Le voilà!

De retour à l’hacienda, après un bon souper préparé par un cuisinier amoureux et la soirée passée au bord de la cheminée nous retrouvons nos lits pour une nuit bien fraîche.

Au programme le lendemain : visite du parc avec randonnée d’env. 5h. Nous montons jusqu’à 4250m sans trop de difficultés. Les panoramas sont à couper le souffle (comme l’altitude d’ailleurs) et le changement continuel du temps contribue à l’atmosphère mystique de la région.

Presque pluie.
Presque pluie.

Le soir, nous décidons de tenter la nuit sous tente, un bon test pour les treks à venir. Tout s’est très bien passé, malgré vent et pluie incessants. En sortant le nez de notre « chambre » le matin, nous apercevons la neige, tombée jusqu’à peine 200m plus haut durant notre sommeil. Un petit déjeuner réconfortant plus tard, c’était déjà l’heure de repartir. Au revoir Cotopaxi !

Lodge privé
Lodge privé

Papallacta

Une fois partis du parc national, nous estimons mériter une récompense pour les efforts de la veille (marche) et de la nuit (tente à 5°C). C’est ainsi que nous nous arrêtons à Papallacta, situé sur la route entre Quito et Tena, pour profiter des bains thermaux pour lesquels le village est connu. Très relaxant et le cadre, avec plusieurs bassins au milieu de montagnes verdoyantes, était splendide, surtout qu’à la nuit tombée (d’accord, à 18h il fait déjà nuit) il n’y avait pratiquement personne à part nous quatre ! C’est donc tous mous que nous passons la nuit (frigorifique) sur place avant notre prochaine étape.

< article précédent          article suivant >

One Comment

Add yours →

  1. Avete proprio trovato il paradiso………
    Un abbraccio

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :